Thérapie systémique 

et EMDR 

                    à Cahors (Pradines)

          

 

                                                                        

<meta content="juPgP80i5xmDAH1jrqIhzk9le6_JKImSUAQumGPX1As" />

Service facile et accessible à tous

Créer un site web gratuit

Le double lien

La communication qui rend l'autre fou 

La théorie de la double contrainte décrit un type de communication très problématique qui emprisonne le couple ou la famille dans un nœud de messages contradictoires. Ce qui empêche toute prise de décision, favorise la crainte de la confrontation et peut mener à la folie.


En voici un exemple célèbre : un homme dit  à sa femme  « Sois spontanée ! » Une injonction impossible, car la spontanéité, par définition, ça ne se commande pas. La femme se trouve coincée: si elle se montre plus spontanée, le mari pensera qu'elle le fait parce qu'il le lui a demandé et non parce qu'elle fait preuve d'une authentique spontanéité.

Un autre exemple consiste à dire une chose (je suis très intéressé par ce que vous dites) et à avoir une attitude, une posture non-verbale qui n'est pas congruente (bailler, s'impatienter...)

L'approche systémique

des couples et des familles

 

La thérapie familiale, développée dans les années 50 avec la théorie du trouble de la communication de Gregory Bateson (à l’école de Palo Alto), notamment appelée double lien ou encore double contrainte, met en évidence les communications paradoxales composées de messages contraignants au sein de la famille, qui vont entraîner un dysfonctionnement.


La thérapie familiale considère les troubles psychologiques et comportementaux du membre d’une famille comme un symptôme du dysfonctionnement de la famille dans son ensemble et en rapport avec la souffrance de tous.


L’objectif peut être d’apprendre aux membres de la famille à communiquer. La thérapie familiale met en évidence le fait qu’il n’y a pas de fou dans une famille, mais que c’est la relation qui est folle, et lorsque chaque membre peut se remettre à exister sans être étouffé par son appartenance familiale, le problème disparaît.


Dans l’approche systémique, le symptôme (par exemple la toxicomanie d’un membre) est envisagé comme un comportement adaptatif à un contexte. Ce qui signifie que ce symptôme a une fonction : il sert à quelque chose dans le contexte où il apparaît. Et c'est là l'objectif essentiel de la thérapie systémique : révéler cette fonction, afin d'aider le couple ou la famille à affronter ce qui était jusque là caché, protégé, non-dit, redouté.

 

 

 


 

 


Lectures utiles

 

 

TRAPPENIERS Eric,

Se libérer des souffrances familiales, Interéditions, 2014.

 

TRAPPENIERS Eric et BOYER Alain,

Cause toujours ! A quoi on obéit quand on désobéit, Seuil, 2006.

 

HEFEZ Serge,

La danse du couple, Hachette, 2002.

 

GROUPIAK et DALNOKI Cécile,

Mes parents se font la guerre, Editions carré de vigne, 2014.

 

ANDERSEN Marie,

La manipulation ordinaire - Reconnaître les relations toxiques pour s'en protéger, 2010.

 

TISSERON Serge,

Secrets de famille, mode d'emploi - Quand et comment faut-il en parler, Marabout, 1996.

 

ROQUES Jacques,

Découvrir l'EMDR, Poche Marabout, 2013.

 

SERVAN-SCHREIBER David,

Guérir le stress, l'anxiété et la dépression sans médicament ni psychanalyse, Poche, 2003.

 

YOUNG Jeffrey,

Je réinvente ma vie, Editions de l'homme, 2013.

 

GUEDENEY Nicole,

L'attachement un lien vital, Yapaka.be, 2010.

EMDR de groupe lors d'un

événement récent

L'EMDR dispose de plusieurs protocoles pour intervenir en phase de stress aigü (images intrusives, évitement ou anesthésie émotionnelle, hypervigilance, difficultés d'endormissement, irritabilité). Ces symptômes sont des réactions normales à une situation de danger ou de stress.

Une séance d'EMDR apporte un soulagement dès l'instant T de l'événement, et permet de mieux dormir sans prendre de médicament.

Si un groupe de personnes (famille, couple, amis, collègues) ont été exposés à un même événement stressant, le retraitement peut s'effectuer en groupe. 

Plus vite on intervient, plus on a de chance d'éviter la chronicisation en état de stress post-traumatique (10 jours après l'événement, le trauma s'inscrit dans les réseaux de mémoire).

La thérapie des schémas

 

Dans une famille, nous naissons et nous grandissons en majorité avec notre père et notre mère (que nous deviendrons) : c’est là que s'instaurent les premiers modes de relation, les styles d'attachements (sécure ou insécure), les schémas précoces inadaptés qui seront le terreau de futurs troubles. Nous avons tous des schémas, et certains peuvent nous handicaper lourdement, nous pourrir la vie, nous faire répéter inlassablement les mêmes scénarios, faire que nous rencontrons toujours les mêmes problèmes en couple, etc. Hasard ou coïncidence ? Non : ce sont les schémas qui agissent. C'est pourquoi un travail individuel en thérapie des schémas peut être nécessaire pour compléter la thérapie de couple ou de famille.